Quelles sont les prévisions pour le marché de la fenêtre ?

Quel avenir pour les miroitiers à Rennes ?
14.09.2020

Votre miroitier à Rennes s’intéresse aujourd’hui aux prévisions du marché de la fenêtre, un secteur qui se porte bien, mais dont l’avenir demeure indécis et ce en partie à cause de la crise sanitaire liée au Covid-19. Reste que la fenêtre est un produit qui en dit long sur les tendances du marché, que cela soit dans le neuf comme en rénovation.

Marché de la fenêtre : amélioration de la conjoncture mais ralentissement à prévoir

Tandis que dans le neuf, le produit fenêtre est en corrélation directe avec l’état du marché, en ce qui concerne la rénovation, la pose de fenêtres est tributaire des différentes incitations fiscales destinées aux particuliers. Ainsi, sous l’impulsion du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), lequel fut rétabli plus tôt en 2019, le marché de la fenêtre s’est bien porté.

Bien qu’il eut été à un niveau largement supérieur à laube de la récession financière, en 2008, le marché de la fenêtre se porte mieux depuis 2017, année durant laquelle quelques 10,9 millions d’unités ont été vendues (selon l’Étude du marché de la fenêtre en France en 2017 réalisée pour le compte des organisations professionnelles SNFA, UFME, FFB et CODIFAB). Cela représentait déjà une progression de 6,8 % par rapport à 2016. Quant à la dernière année prise en compte, 2019 affiche une progression de 1,5 % en glissement annuel, ce qui est positif.

Malgré tout, le ralentissement de la croissance est une évidence : le marché de la fenêtre étant majoritairement porté par la rénovation, la transformation du CITE en simple « prime » ainsi que la très nette réduction du budget total alloué devraient logiquement avoir un impact sur les ventes.

Le PVC, l’aluminium et le bois sont les matériaux les plus utilisés en menuiserie

Si l’on se concentre à présent sur la répartition des différents matériaux, on constate que 54,4 % des menuiseries vendues ont été fabriquées en PVC, suivies des fenêtres en aluminium (31,9 %) et de celles en bois (10,6 %). Mais si le PVC racole en tête des ventes, c’est surtout grâce à l’import, où il est fortement représenté depuis ces quinze dernières années.

Globalement, depuis 2015, le matériau qui bénéficie de la plus forte progression est l’aluminium (21 %), suivi des menuiseries mixtes (20 %). Le PVC, en vérité, a quant à lui perdu autour de 7 % de part de marché entre 2006 et 2017, et ce essentiellement au profit de l’aluminium.